L'allaitement

Mon choix de ne pas allaiter

Allaiter ou ne pas allaiter, Harmony du compte Instagram @Familybump nous parle de son expérience et de son choix !

 

Tout d’abord, je crois qu’une petite présentation s’impose.
Je m’appelle Harmony, j’ai 24 ans, et je suis maman de deux enfants.
Liana vient de fêter sa première année ; tandis que Elio ses 4 ans.

Je tiens le compte instagram @FamilyBump, avec beaucoup d’amour, j’aime partager avec mes abonnés ma vie quotidienne et mes bons plans en matière de parentalité.

Lorsque @Tigex m’a donné la voix sur leur site internet, j’étais vraiment contente, et de suite les idées ont fusé dans ma petite tête de maman débordée, mais j’ai décidé de prendre le temps de partager mon expérience sur la maternité avec vous.
Je suis sûre que celle-ci pourra en faire déculpabiliser plus d’une, car il n’y a pas de maman Parfaite ! 

Lorsque je suis tombée enceinte de mon premier enfant, j’étais encore jeune, j’allais tout juste fêter mes 20 ans, à l’époque, les réseaux sociaux ne prenaient pas autant de place qu'aujourd'hui. Et heureusement d’ailleurs, parce que le monde actuel vous fait tellement culpabiliser.
Quand on devient maman, on découvre le monde de la parentalité, l'expérience vient avec le temps. On apprend, doucement, même s’il y a toujours quelqu’un pour vous dire quoi faire avec votre enfant, il faut s’écouter soi-même.

Mon choix de ne pas allaiter.

Pendant ma grossesse, la question s’est posée, allaiter ou pas mon enfant. J’étais mitigée.
Je ne m’étais mise aucune pression à ce niveau-là. Une chose était sûre, si j’allaitais, ce serait un allaitement mixte, c’est-à-dire que l’enfant boit aussi bien au biberon qu’au sein de sa mère. Mais au fond de moi, je suis sûre que ma décision était prise depuis longtemps et que je me voilais la face, en disant au monde que j’allais essayer. Mais je n’en avais pas envie.
Du plus loin que je me souvienne, l’allaitement ne m’a jamais attirée.

À la naissance d’Elio, nous avons tenté une mise au sein qui n’a pas fonctionné. 
Je n’ai donc pas réfléchi plus longtemps, je n’étais de toute façon pas décidée à allaiter mon enfant, ce n'était pas pour moi quelque chose de primordial. J’ai donc très vite lâché l’affaire.
Elio a donc été nourri au lait artificiel. Ouh, la mauvaise mère.
Papa lui a donné le premier biberon, et cette image d’amour restera gravée en moi. 
Je vous rassure, Elio se porte très bien, il n’est pas plus malade qu’un autre, et nous sommes très fusionnels.

Au retour de la maternité, j'étais exténuée. J’ai béni ma décision de ne pas allaiter mon enfant, je n’aurais pas eu la force.
De plus, mon fils était réglé comme une horloge. Il a fait ses nuits dès son deuxième jour de vie, et je suis persuadée que si je l’avais allaité, ça n’aurait pas été le cas. J’étais également capable de savoir la quantité de lait qu’il mangeait, et quand on est jeune maman, c’est quand même très rassurant.
Je n’avais pas non plus envie de m’infliger une souffrance supplémentaire.

Je crois que lorsqu’on devient Maman, il faut connaître ses limites, moi les miennes étaient là. Je donne le meilleur de moi à mes enfants, le meilleur de mes connaissances et de l’amour que je leur porte. Malgré tout, cela n'inclut pas d'allaiter mes enfants.

Je ne me suis jamais forcée, j’ai préféré leur donner le biberon avec amour. J’ai créé un lien très fort, tout en nourrissant mes enfants avec du lait en poudre.
Tout contre moi, les yeux dans les yeux. C’est un lien si fort et si unique qui vous lie à votre enfant.

Et ce n’est pas parce que vous faites le choix de ne pas allaiter, que ce lien n’existera pas.

C ’est une décision unique, qui n’appartient qu'à vous.

           

À très vite. Harmony @Familybump

 

article familybump allaitement
  • Participer aux ateliers Innovation
    Venez créer avec nous les produits Tigex de demain
    Besoin d'aide

    Que pouvons-nous faire pour vous ?